Une telle étude montre plutôt que chaque époque élabore sa propre vision, et que cette évolution permet d’aborder et d’explorer des aspects différents. – Ungaro, 2007b : Lucrezia Ungaro, « La memoria dell’antico », dans Lucrezia Ungaro éd., Il museo dei Fori Imperiali nei Mercati di Traiano, Rome, 2007, p. 130-169. – Nielsen, Poulsen, Nylander, 1992 : Inge Nielsen, Birte Poulsen, Carl Nylander éd., The Temple of Castor and Pollux, I, The Pre-Augustan Temple Phases with Related Decorative Elements, (Lavori e studi di archeologia, 17), Rome, 1992. )11, qui portent sur la genèse et l’évolution diachronique des différentes formes d’architecture. « Puisque l'architecture doit être ornée et enrichie de connaissances si nombreuses et si variées, je ne pense pas qu'un homme puisse raisonnablement se donner tout d'abord pour architecte. La dernière modification de cette page a été faite le 30 décembre 2020 à 18:14. Voir par exemple Sextus Iulius Frontinus, De aquaeductu urbis romae, 16. Cette méthode est utilisée en Campanie où un mortier fabriqué à base de pouzzolane noire remplace l'argile[31]. – Aurea Roma, 2000 : Aurea Roma: dalla città pagana alla città cristiana, Serena Ensoli, Eugenio La Rocca éd., (cat. Bibracte et Autun au début de l'époque romaine : pour un regard croisé sur l'urbanisme et l'architecture . La plupart des aqueducs romains a traversé les siècles, preuve de leur fiabilité et de leur durabilité. Les arches des ponts sont généralement semi-circulaires mais peuvent être aussi segmentaires. REDESIGNED PATH. Un contributo alla cronologia dell’edificio di età imperiale », dans Archeologia Classica, 58, 2007, p. 143-153. Les Romains fabriquent des briques à partir d'argile décantée et nettoyée dans l'eau à laquelle est ajouté du sable, selon une procédure similaire à celle utilisée pour la céramique. – Küpper-Böhm, 1996 : Anette Küpper-Böhm, Die römischen Bogenmonumente der Gallia Narbonensis in ihrem urbanen Kontext, Espelkamp, 1996. Vers la fin de la période impériale, Rome compte pas moins de 300 entrepôts permettant d'assurer la bonne distribution des biens requis par les habitants. L'espace réservé à la course est séparé en deux par une longue bande étroite ornée de monuments divers : la spina. Les vestiges de voies romaines donnent une impression de routes pavées cabossées et irrégulières mais cet effet est dû à l'érosion des pierres, à l'époque romaine, les voies devaient être les plus plates et régulières possible, légèrement renflées au centre pour permettre le bon écoulement des eaux de pluies. Combinaison de différents appareils de construction. J.-C.[10] L'usage du torchis, mélange de terre humide, de paille ou de sable, maintenu dans un treillis de lames de bois, préfigure l'apparition de l'opus craticium, un appareil de construction utilisé jusqu'au Ier siècle pour les édifices peu coûteux comme certaines insulae[11]. En outre, les aspects étudiés sont très différemment représentés. – Bergemann, 1998 : Johannes Bergemann, Die römische Kolonie von Butrint und die Romanisierung Griechenlands, (Studien zur antiken Stadt, 2), Munich, 1998. – Andrikopoulou-Strack, 1986 : Jeanne-Nora Andrikopoulou-Strack, Grabbauten des 1. Le contraste est d’autant plus évident avec la distance qu’imposaient les modèles plastiques du passé, comme la fameuse maquette de Rome par Gismondi présentée à l’Esposizione Universale di Roma (Ricostruire l’Antico…, 2007). J.-C. au IVe siècle apr. – Pfanner, 1983 : Michael Pfanner, Der Titusbogen, (Beiträge zur Erschließung hellenistischer und kaiserzeitlicher Skulptur und Architektur, 2), Mayence, 1983. The Moors, who ruled over portions of Spain for nearly 800 years, left a legacy of fine architecture, lyric poetry, and science; the Roma contributed the haunting music called the cante jondo (a form of flamenco), which, wrote García Lorca, “comes from remote races and crosses the graveyard of the years and the fronds of parched winds. L'étude de l'architecture gréco- romaine s'est longtemps bornée aux bâtiments, surtout sacrés, que leur caractère monumental et leurs matériaux choisis avaient mieux conservés que les habitations, premières victimes de toutes les vicissitudes historiques. Le Moyen Âge : l'art et l'architecture 13 contenus L'Europe est, au Moyen Âge, imprégnée d'arts issus d'un Empire romain relayé par la jeune puissance chrétienne et byzantine, et d'une civilisation islamique, dont la culture va rester longtemps influente à la porte des Pyrénées. Le développement des techniques de fabrication des briques au cours du Ier siècle voit la généralisation d'appareils de construction qui utilisent ce matériau soit exclusivement (opus latericium et opus testaceum) soit en renforcement d'appareils plus fragiles (opus mixtum). – Rasch, Arbeiter, 2007 : Jürgen J. Rasch, Achim Arbeiter, Das Mausoleum der Constantina in Rom, (Spätantike Zentralbauten in Rom und Latium, 4), Mayence, 2007. – Greco, Theodorescu, 1980-1987 : Emanuele Greco, Dinu Theodorescu, Poseidonia-Paestum, (Collection de l’École Francaise de Rome, 42), Rome : I, La « curia », 1980 ; II, L’Agora, 1983 ; III, Forum Nord, 1987. – Schenk, 1997 : Ralf Schenk, Der korinthische Tempel bis zum Ende des Prinzipats des Augustus, Espelkamp, 1997. – Bruno, Scott, 1993 : Vincent J. Bruno, Russel T. Scott, Cosa IV: The Houses, (Memoirs of the American Academy in Rome, 38), 1993. – Paul, 1994 : Angelika Paul, « Toskanische Kapitelle aus Trier und Umgebung », dans Trierer Zeitschrift für Geschichte und Kunst des Trierer Landes und seiner Nachbargebiete, 57, 1994, p. 147-273. expo., Rome, Museo Nazionale Romano in Palazzo Altemps, 2007), Rome, 2007. Malgré le fait que le métier d'architecte soit respecté et considéré comme honorable, les plus grands architectes ayant une influence non négligeable sur les empereurs eux-mêmes avec qui ils entretiennent parfois des relations de confiance[1], seuls quelques noms d'architectes ayant œuvré pour le compte de Rome, essentiellement ceux à l'origine des plus grands monuments de Rome et du monde romain, nous sont parvenus. – Fremersdorf, 1956 : Fritz Fremersdorf, Das römische Haus mit dem Dionysos-Mosaik vor dem Südportal des Kölner Domes, Berlin, 1956. – Altekamp, 2008 : Stefan Altekamp, Kulturwissenschaften und Nationalsozialismus, Stuttgart, 2008. 20On assiste simultanément à une extension du domaine géographique étudié (Boethius, Ward-Perkins, 1970, p. 339-494). Celles-ci sont de plus en plus portées par une communauté internationale qui ne regroupe plus uniquement les nations traditionnelles de l’ancien Instituto di corrispondenza archeologica, mais englobe aussi, outre les pays européens, les États-Unis, la Turquie, le monde arabe et même le Japon. Hoy en día, la mirada se dirige más hacia el individuo en el seno de la sociedad romana y su forma de reaccionar con respecto a su entorno. – Schneider, Fehr, Meyer, 1979 : Lambert Schneider, Burkhard Fehr, Klaus-Heinrich Meyer, « Zeichen, Kommunikation, Interaktion. Le temple romain s'élève sur un haut podium. – Heinrich, 2002 : Heino Heinrich, Subtilitas Novarum Scalpturarum: Untersuchungen zur Ornamentik marmorner Bauglieder der späten Republik und frühen Kaiserzeit in Campanien, Munich, 2002. – Laurence, 1994 : Ray Laurence, Roman Pompeii: Space and Society, Londres/New York, 1994. – Herrmann, 1988 : John J. Herrmann, The Ionic Capital in Late Antique Rome, (Archeologica, 56), Rome, 1988. J.-C.[53]. Ces dernières années ont été précisément dominées par un défi, celui de coordonner et d’harmoniser toutes ces disciplines initialement divergentes. – Kleibl, 2009 : Kathrin Kleibl, Iseion: Raumgestaltung und Kultpraxis in den Heiligtümern gräco-ägyptischer Götter im Mittelmeerraum, Worms, 2009. Elle se trouve au pays de Baïes et dans les terres des municipes qui entourent le mont Vésuve. L'eau acheminée par les aqueducs termine son trajet dans de grandes citernes. Les 30 000 visiteurs des fouilles en 1941 témoignent du profond intérêt des habitants pour les vestiges de l’architecture romaine présents dans leur ville. Au cours des VIIe et VIe siècle av. Les Romains ont emprunté aux Grecs les formes architecturales traditionnelles de la stoa[35],[48], le terme « basilique » provenant du nom grec stoa basileios (littéralement, la « stoa royale »). éd., The Augustan Empire 43 B.C.-A.D. 69, (Cambridge Ancient History, 10), Cambridge, 1996. 4  Voir, pour l’architecture grecque, Gruben, 2002. – Heinzelmann, 2002 : Michael Heinzelmann, « Ostia, Regionen III und IV. Les types de barrages les plus fréquents sont les barrages en remblai et les barrages poids. Hoepfner, 1983 ; Wilson Jones, 2002 ; Haselberger, 1999 ; Liljens, « Um das kleine Tempelchen schwebt noch ein letztes Fluidum von hellenistischer Anmut » (, Leon, 1971 ; Neu, 1972 ; Pensabene, 1973, 1982a, 1982b ; Cavalieri Manasse, 197, Fidenzoni, 1970 ; Bauer, 1978, 1988 ; Bauer, Pronti, 1978 ; G, Il comizio di Roma dalle origini all’età di Augusto. L'extrémité face au côté courbe est divisée en plusieurs petites stalles (carceres) d'où partent les concurrents lors des courses de chars. Oktober 1949, Munich, 1952. Médecine romaine Dans un article du Smithsonian, on apprend qu’une équipe d’archéologues a exploré une épave romaine dans les années 1980 et 1990. ». Kathleen M. Colemann évoque, quant à elle, les exécutions dans les constructions dévolues aux spectacles et aux jeux (Colemann, 1990), tandis qu’Elizabeth Rawson analyse les sources littéraires du théâtre romain en tant qu’institution (Rawson, 1987). Cette vision, déjà adoptée dans l’Antiquité, fut l’une des raisons pour lesquelles les savants se concentrèrent sur certains types d’édifices, mais aussi sur des espaces culturels et géographiques et des périodes chronologiques choisis. – Eco, 2002 : Umberto Eco, Einführung in die Semiotik: autorisierte deutsche Ausgabe von Jürgen Trabant, Munich, (1972) 2002. – Freyberger, 1990 : Klaus Stefan Freyberger, Stadtrömische Kapitelle aus der Zeit von Domitian bis Alexander Severus: Zur Arbeitsweise und Organisation stadtrömischer Werkstätten der Kaiserzeit, Mayence, 1990. – Ganzert, 1983 : Joachim Ganzert, « Zur Entwicklung lesbischer Kymationformen », dans Jahrbuch des Deutschen Archäologischen Instituts, 98, 1983, p. 123-202. En effet, les années d’après-guerre sont encore caractérisées par de fortes incertitudes. Les architectes qui supervisent les grands travaux d'urbanisme commandités par les empereurs disposent d'une équipe nombreuse placée sous leurs ordres se composant de nombreux assistants spécialisés (ingénieurs, architectes, secrétaires administratifs, scribes), d'ouvriers-artisans (pour prendre les mesures, fabriquer et poser les canalisations) et de personnel moins qualifié (chargé de la manutention, du nettoyage et de la sécurité)[7]. Racial abuse suffered by Bournemouth winger Junior Stanislas after scoring in a 1-0 win at Stoke was “disgusting and completely intolerable," the south-coast English club said Sunday. Zur Rezeption stadtrömischer Dekormotive an provinzialen Platzanlagen, thèse, Universität Freiburg, 2007. 21À partir des années 1980, les fouilles archéologiques se distinguent dans tous les pays par un soin accru conjugué à des exigences scientifiques grandissantes, démarche qui s’exprime surtout par l’intérêt croissant accordé au contexte et donc à la documentation d’objets même modestes souvent négligés jusqu’alors. – Ruyt, 1983 : Claire de Ruyt, Macellum : marché alimentaire de romains, Louvain-la-Neuve, 1983. Bien que les ressources présentes dans la péninsule italienne peuvent suffire à alimenter Rome en marbre, de grandes quantités de marbres blancs et colorés sont importées depuis tout le monde méditerranéen. La plupart de ces canaux sont souterrains et contournent le plus souvent les obstacles naturels bien qu'il soit parfois nécessaire de percer des tunnels. 5  Sur la conception des édifices : Hoepfner, 1983 ; Wilson Jones, 2002 ; Haselberger, 1999 ; Liljenstolpe, 2000 ; Schwandner, 1996. – Brands, 1988 : Gunnar Brands, Republikanische Stadttore in Italien, (BAR International Series, 458), Oxford, 1988. – Hoepfner, 1975 : Wolfram Hoepfner éd., Archäologie und Denkmalpflege, (colloque, Berlin, 1975), (Diskussionen zur archäologischen Bauforschung, 2), Berlin, 1975. Les roches volcaniques libérées par l'éruption du Vésuve sont acheminées en masse vers Rome et permettent la production d'un béton de meilleure qualité et plus léger. A SAVOIR : Au II ème siècle avant J.Cles architectes romains construisaient des bâtiments avec "l'opus quadratem" qui consiste à construire les différents bâtiments avec des grosses pierres régulières et parallépipèdiques. Dans l’optique du spatial turn (« tournant spatial »), l’espace est interprété comme le résultat de rapports sociaux tandis que sont analysées les interactions entre l’homme et l’espace. – Gasparri, 1979 : Carlo Gasparri, Aedes Concordiae Augustae, Rome, 1979. Parmi ces spectacles, les plus célèbres sont les courses de chars et de chevaux mais les cirques peuvent aussi être utilisés pour d'autres types de compétition ou lors de grandes commémorations sous l'Empire. Appareil polygonal superposant de gros blocs de pierre, parfois de grandes dimensions, sans usage de mortier. La théorie, au contraire, consiste à démontrer, à expliquer la justesse, la convenance des proportions des objets travaillés. – Ueblacker, 1985 : Mathias Ueblacker, Das Teatro Marittimo in der Villa Hadriana, (Deutsches Archäologisches Institut Rom, Sonderschriften, 5), Mayence, 1985. Dans la mesure où l’on dispose encore de vestiges archéologiques, mais aussi de nombreuses sources littéraires et épigraphiques décrivant comment ce complexe architectural a été projeté et financé par l’empereur, ce site se prête de manière idéale aux questionnements sociopolitiques. En effet, quelques années plus tôt, on peut lire chez Ludwig Curtius, à propos du Forum Boarium, un temple circulaire en bordure du Tibre à Rome : « Autour de ce petit temple flotte encore une dernière émanation de la grâce hellénistique »9. Cette prétention s’avère déjà impossible pour des périodes plus proches ou pour le temps présent. Il en va ainsi, par exemple, du sanctuaire de la Fortune à Préneste. L'intérêt de ce dernier type d'arche est d'être plus léger et de pouvoir laisser passer plus d'eau en cas d'inondation et donc d'éviter que le pont puisse être emporté. J.-C. À l'époque d'Auguste, toute cité romaine possède une basilique publique. Presque aucun exemple substantiel ne survit avant environ 100 av. Il peut prendre la forme d'une simple montée de terre, un agger, pouvant être précédée d'un fossé. 36La présente étude s’est employée à discerner trois « phases » permettant de décrire de façon plus aisée et détaillée la recherche en matière d’architecture romaine, mais aussi de mettre en évidence sa diversité, une diversité qui ne remet nullement en question les grandes lignes de son évolution. – Maschek, 2008b : « Dominik Maschek, Figur und Ornament. El presente ensayo distingue tres fases en las investigaciones sobre la arquitectura romana de las últimas décadas. Introduction. éd., Roma dall’antichità al medioevo: archeologia e storia, Milan, 2001. Roman executions staged as mythological enactments », dans Journal of Roman Studies, 80, 1990, p. 44-73. Si ce dernier, dans la tradition de la recherche allemande, fait progresser les travaux sur la sculpture d’un point de vue formel, Pierre Gros offre une relecture exemplaire des sources littéraires, en particulier de Vitruve, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives sur, entre autres, les temples augustéens de Rome (Aurea Templa ; Gros, 1976). Elles sont fermées par … Architektur wurde verstärkt als Produkt spezifischer gesellschaftspolitischer Rahmenbedingungen verstanden. Dans cette série créée en 1973, ont été publiés entre autres le temple rond des bords du Tibre à Rome (Heilmeyer, Rakob, 1973), le jardin stade (Hoffmann, 1980) et le Théâtre maritime de la Villa Adriana (Ueblacker, 1985), les peintures murales de la villa augustéenne de Boscotrecase (Blanckenhagen, Alexander, 1990) ou encore le temple de Mars Ultor sur le Forum d’Auguste (Ganzert, 1996a) à Rome. – Ferchiou, 1989 : Naïdé Ferchiou, L’Évolution du décor architectonique en Afrique proconsulaire des derniers temps de carthage aux Antonins : l’hellénisme africain, son déclin, ses mutations et le triomphe de l’art romano-africain, s.l., 1989. Les villas privées, les immeubles citadins ou les forts militaires peuvent aussi être pourvus d'équipements thermaux. Architecture grecque et romaine. – Kähler, 1939 : Heinz Kähler, Die römischen Kapitelle des Rheingebietes, (Römisch-Germanische Forschungen, 13), Berlin, 1939. L'architecture religieuse prend une importance toute particulière avec l'apparition des premiers sanctuaires monumentaux comme celui de l'aire de Sant'Omobono, une évolution qui se confirme dès le VIe siècle av. – Bowman et al., 1996 : Alan Keir Bowman et al. Dans un proche avenir, l’étude de l’utilisation future des monuments existants – et des transformations structurelles induits par leur changement de vocation – soulèvera d’autres questionnements. Les toits de tuiles en terre cuite remplacent progressivement les toits de chaume[14] et les montants en bois des édifices domestiques et religieux commencent à être dissimulés derrière des plaques de terre cuite[15]. – Balty, 1991 : Jean-Charles Balty, Curia ordinis : recherches d’architecture et d’urbanisme antiques sur les curies provinciales du monde romaine, Bruxelles, 1991. 11  Il semble que l’interprétation privilégiant la fonction des monuments (types = monument = fonction intentionnelle) – et la hiérarchisation qui en découle – ait été souvent considérée comme essentielle pour les observateurs antiques eux-mêmes. – Schreiter, 1995 : Charlotte Schreiter, « Römische Schmuckbasen », dans Kölner Jahrbuch, 28, 1995, p. 161-347. Sous l'Empire, on compte de nombreux types de villas différents qui ne partagent pas tous la même opulence dans la richesse des décors (mosaïques au sol, fresques aux murs). exposé sur l architecture romaine : https: ?uubdzea9gido25u. Le prospettive aperte sono evocate a conclusione dell’articolo. Si un citoyen romain veut être acteur, il est privé de ses droits civiques et politiques. Au début du IVe siècle av. (Vitruve, 1990, I 1, 1-10). – Schörner, 1995 : Günther Schörner, Römische Rankenfriese: Untersuchungen zur Baudekoration der späten Republik und der frühen und mittleren Kaiserzeit im Westen des Imperium Romanum, (Beiträge zur Erschließung hellenistischer und kaiserzeitlicher Skulptur und Architektur, 15), Mayence, 1995. – Carnabuci, 1996 : Elisabetta Carnabuci, I luoghi dell’amministrazione della giustizia nel foro di Augusto, Naples, 1996. 18  Voir, par exemple, le projet Persée ; Arachne : Forschungsarchiv für antike Plastik (http://arachne.uni-koeln.de) ; Beazley Archive (http://www.beazley.ox.ac.uk), etc. Dans l'antiquité, il avait une capacité entre 40 000 et 70 000 spectateurs, avec 80 rangs de siège. 16  Voir, outre les ouvrages déjà cités, Fidenzoni, 1970 ; Bauer, 1978, 1988 ; Bauer, Pronti, 1978 ; Gasparri, 1979 ; Buchner, 1982 ; Hesberg, Panciera, 1994 ; Viscogliosi, 1996. Lors des derniers siècles de la République romaine et sous l'Empire romain (ier siècle av. – Gerkan, 1951 : Armin von Gerkan, comte rendu de Gennaro Pesce, Il « Palazzo delle Colonne » in Tolemaide di Cirenaica (Rome, 1950), dans Gnomon, 23, 1951, p. 337-340. Associé à la voûte, le dôme complète progressivement le linteau traditionnel. Il faudra les invasions barbares pour mettre fin à cette période. J.-C. au IV siècle apr. Les édifices romains incarnent les rapports axiaux, les axes visuels et la maîtrise de la nature. Les alae sont des pièces généralement situées derrières l'atrium. Celles-ci ont en général une base d’une certaine largeur et vont en se rétrécissant vers le haut. Le terme « villa » ne désigne pas seulement l'ensemble des bâtiments résidentiels mais aussi tout le domaine agricole qui y est associé. Les bâtisseurs romains ont tenté de réguler les dimensions des routes mais elles sont très variables, allant d'un peu plus d'un mètre de large à près de 7 mètres. – Gros, 1996 : Pierre Gros, L’architecture romaine du début du iiie siècle av. De telles études s’inscrivent dans une longue tradition, surtout dans le domaine anglo-saxon, comme en témoignent les travaux de Timothy Peter Wiseman ou de Nicolas Purcell sur l’architecture domestique (Wiseman, 1985 ; Purcell, 1996 ; également Muth, 1998). 19  Pour un répertoire de projets 3D appliqués aux arts, voir http://3dvisa.cch.kcl.ac.uk/projectlist.html. 12Au-delà des reconstitutions entreprises dans les publications monographiques et de la datation des différents monuments, on note dans les années 1950 la volonté de rassembler et de systématiser les divers vestiges de l’architecture romaine. Le temple désigne à la fois l'espace délimité par un augure pour y interpréter les auspices, l'espace occupé par un sanctuaire dédié à une divinité, le lieu d'activité publique où se réunit le Sénat ou les comices ou encore tout édifice qui a été consacré par les augures et les pontifes[55]. Les méthodes de prospection géophysiques permettent d’exhumer de manière ciblée les structures architectoniques et d’identifier des contextes topographiques étendus. January 2011; Authors: Yannick Labaune. Parmi les contributions publiées par la commission depuis 1994 se trouvent notamment des travaux sur les latrines romaines (Neudecker, 1994), sur l’influence des fondations de colonies sur une ville (Bergemann, 1998), sur Pompéi (Dickmann, 1999 ; Pirson, 1999) et Ostie (Heinzelmann, 2000 ; Rieger, 2002), mais aussi sur l’Asie Mineure (Dorl-Klingenschmid, 2001). Les premiers amphithéâtres romains sont construits vers le milieu du Ier siècle av. Selon les architectes romains, les édifices publics devaient être impressionnants pour frapper l'imagination du peuple mais ils devaient aussi être pratiques et adaptés à leurs fonctions. – Nünnerich-Asmus, 1994 : Anette Nünnerich-Asmus, Basilika und Portikus: die Architektur der Säulenhallen als Ausdruck gewandelter Urbanität in später Republik und früher Kaiserzeit, Cologne, 1994. Dans les nouvelles cités romaines, le forum se situe au niveau ou à proximité immédiate de l'intersection entre le cardo (principal axe nord-sud) et le decumanus (principal axe est-ouest). – Kockel, 1995 : Valentin Kockel, « Forum Augustum », dans Lexicon Topographicum Urbis Romae, II, Rome, 1995, p. 289-295. Les Romains ont bâti des amphithéâtres dans toutes les provinces de l'Empire. De nombreux aspects du cadre de vie antique restent aujourd’hui peu connus. – Simpson, 1977 : Christopher John Simpson, « The Date of Dedication of the Temple of Mars Ultor », dans Journal of Roman Studies, 67, 1977, p. 91-94. – Strong, 1953 : Donald E. Strong, « Later Hadrianic Architectural Ornament in Rome », dans Papers of the British School at Rome, 21, 1953, p. 118-151. En revanche, les bâtiments profanes, surtout de dimensions modestes, ainsi que les constructions en bois ou moellons, matériaux considérés comme moins nobles, étaient traités en parents pauvres. Cette base lui a permis d’élaborer des lignes d’évolution diachroniques. 4Après la Seconde Guerre mondiale, le regard porté sur l’architecture romaine connut un changement radical. – Delbrueck, 1907 : Richard Delbrueck, Hellenistische Bauten in Latium, Strasbourg, 1907. En 1949 suit un deuxième volume richement illustré de dessins et d’images sur le Trophée d’Auguste à La Turbie par Jules Formigé (Formigé, 1949). Cette évolution soudaine dans la construction des temples découle peut-être d'une mise en compétition de villes voisines qui cherchent à obtenir une forme de suprématie dans le domaine religieux[17]. – Fasolo, Gullini, 1953 : Furio Fasolo, Giorgio Gullini, Il santuario della Fortuna Primigenia a Palestrina, I, Testo ; II, Tavole, Rome, 1953. – Raaflaub, Toher, 1990 : Kurt Raaflaub, Mark Toher éd., Between Republic and Empire: Interpretations of Augustus and His Principate, Berkeley, 1990. À partir du IIe siècle av. Gérez votre collection de jeux vidéo en ligne et partagez là autour de vous sur www.ludexo.fr ! Discover (and save!) Ainsi apparaît l'opus caementicium, sorte de béton romain[35], un appareil qui, utilisé avec des matériaux de remplissage et de parement, permet de bâtir des murs plus solides[29],[36] et plus légers[37]. Ceux qui étaient près de l'arène étaient l'empereur et les sénateurs, et, en montant, on trouvait les couches inférieures de la société de l'époque. Façade occidentale de la bibliothèque d'Hadrien à Athènes en marbre du Pentélique. 17  Sur la méthode développée par Edward Cecil Harris (« Harris-Matrix »), consulter http://www.ads.tuwien.ac.at/ArchEd. Free Masons Hall, in Great Queen-street, Lincoln’s Inn Fields, London, is a magnificent building, and cost upwards of 12,000 pounds sterling. Les voies romaines forment un réseau de communication vital pour la gestion et de développement de l'Empire romain. – Carnabuci, 2006 : Elisabetta Carnabuci, « La nuova ’Forma’ del Foro di Augusto: considerazioni sulle destinazioni d’uso degli emicicli », dans Roberto Meneghini, Ricardo Santangeli Valenzani éd., Formae Urbis Romae: nuovi frammenti di piante marmoree dallo scavo dei fori imperiali, (Bullettino della Commissione archeologica comunale di Roma. Max Wegner a défendu la thèse d’une datation tardive jusque dans les années 1980 (Wegner, 1987, p. 326-329). On observe d’abord une forte augmentation des publications consacrées au matériel archéologique. Les constructions, qui transmettent des messages essentiels, forment effectivement des ensembles tellement complexes que des branches entières de la recherche en viennent à s’occuper exclusivement des conditions techniques, tandis que d’autres se spécialisent dans la conception, la construction, les matériaux ou encore l’organisation des chantiers5. J.-C., les populations de culture apenninique s'organisent en petits villages composés de huttes rectangulaires ou ovales bâties avec des matériaux éphémères comme le bois, le torchis et le chaume qui abritent un sol en terre battue[9]. J.-C., au début de l'expansion romaine dans le Latium. – Almagro Basch, 1981 : Martín Almagro Basch, « Augusta Emerita – Eine hispanische Provinzhauptstadt der römischen Kaiserzeit », dans 150 Jahre Deutsches Archäologisches Institut, 1829-1979, (colloque, Berlin, 1979), Mayence, 1981, p. 143-162. Les colonnes triomphales romaines peuvent être des piliers monolithiques où être composées de plusieurs tambours superposés, souvent creux permettant ainsi l'aménagement d'un escalier intérieur. – Blake, 1959 : Marion Elizabeth Blake, Roman Construction in Italy from Tiberius through the Flavians, Washington D.C., 1959. Par conséquent, l’architecture jouit d’un ancrage dans la conscience collective auquel ne peuvent prétendre les autres œuvres. Directeur du Deutsches Archäologisches Institut Abteilung Rom depuis 2006, il se consacre essentiellement à l’étude de l’architecture, du répertoire ornemental et de l’urbanisme antiques. Soubassement du temple de Jupiter Capitolin en cappellaccio. 446 Followers, 46 Following, 374 Posts - See Instagram photos and videos from Pixar Planet (@pixarplanetfr) J.-C., est le cappellaccio, un tuf de couleur grise de qualité médiocre car peu solide et friable.